0

Analyse sociologique des GJ : décapant !

Posted by Bernard on décembre 10, 2018 in Accueil, Actualité |

Charles Gave est un homme qui parle surtout d’économie. Je l’ai rencontré plusieurs fois. C’est un homme iconoclaste qui juge l’économie avec une lame de rasoir. C’est souvent percutant…

Ce qu’il dit sur les Gilets Jaunes est totalement conforme à ma vision des choses. Tout est une question d’aménagement du territoire et d’une capitale qui a vampirisé le reste du pays.

Regardez cette vidéo, et dites-moi ce que vous en pensez…

0

Pour un 8 décembre joyeux…

Posted by Bernard on décembre 8, 2018 in Accueil, Actualité |

8 décembre… Vous pouvez regarder dans le calendrier, c’est la fête de l’Immaculée Conception, autrement dit une seconde fête de la Vierge à côté du 15 Août.

Le 8 décembre, c’est aussi à Lyon, la fête des Lumières. Une grande fête qui dans mes souvenirs d’enfant égalait Noël par l’éclat des lumignons qui brillaient dans la nuit. Plusieurs fois, je me réveillais dans mon sommeil pour aller voir si les petites bougies étaient encore allumées sur le rebord des fenêtres de ma chambre. Et si une bougie restait allumée, c’était une grande victoire. Une victoire sur le temps qui passe. Cette bougie semblait me protéger, comme cette femme céleste à laquelle elle était dédiée.

Deux semaines plus tard, Read more…

0

« Un amour impossible » : waouuuu…

Posted by Bernard on décembre 4, 2018 in Accueil, Cinema |

La richesse de l’offre de films cet automne a failli me faire louper ce très beau film. Le cinéma associatif Chaplin du 15ème m’a permis de rattraper ce retard. Je ne l’ai pas regretté…

Et pourtant, le film partait avec un handicap à mes yeux, à savoir qu’il est issu d’un livre de Christine Angot. Angot l’azimutée du PAF qui est loin de faire l’unanimité. Mais le charme de Virginie Efira a remporté la décision. Quel film !…

Le film a une vraie puissance narrative, Read more…

0

Voyage au Royaume des bulles…

Posted by Bernard on décembre 3, 2018 in Accueil, Actualité |

Ce sont deux Princes. Deux seigneurs magnifiques qui n’ont d’autres ambitions que de vous chatouiller les papilles. Ils revendiquent tous deux, dans l’univers du champagne, le titre de primus inter pares : l’un par sa référence au moine des origines, l’autre par sa condition reconnue de plus ancienne maison de champagne.

Plutôt que de s’épuiser dans une lutte stérile, ils ont préféré se ranger sous la bannière de Moet & Chandon, la marque qui a su faire du champagne la boisson de tous les succès. Celle dont Napoleon aimait à dire : « je ne peux vivre sans champagne; en cas de victoire, je le mérite; en cas de défaite, j’en ai besoin »…

Quand deux amis très chers vous proposent de visiter leurs caves dans des conditions très privilégiées, vous battez des mains comme un enfant à qui on aurait proposé d’aller rencontrer le Père Noël en Laponie, entouré de ses rennes et de son traineau. Read more…

0

Gilets Jaunes, baromètre de nos égarements…

Posted by Bernard on novembre 25, 2018 in Accueil, Actualité |

Comme beaucoup d’habitants des villes, je ne suis pas en phase avec le mouvement des gilets jaunes. Cette exacerbation des tensions pour quelques centimes de plus sur le litre de l’essence me paraît absurde. Je trouve aussi critiquable de bloquer toute l’économie du pays, et ainsi d’affaiblir les rouages de l’activité industrielle et des services qui sont seuls susceptibles de nous tirer d’affaire. Il y a là une nouvelle manifestation de l’anti-capitalisme rampant dont la France est le principal porte-étendard dans le monde occidental. Des gens qui ne comprennent rien de l’économie, s’en sentent exclus, et par conséquent, n’ont de cesse de scier les racines du système… Qu’est-ce que leur apportera d’abattre le chêne déjà fragile de notre économie ? Nul ne le sait…

Pourtant, il y a une chose qui me touche chez les Gilets Jaunes. Read more…

0

Laurie Peret : une fille déjantée…

Posted by Bernard on novembre 25, 2018 in Accueil, Actualité |

Le délire est un registre très compliqué en humour. Emmener les spectateurs dans un univers déjanté est un pari risqué car il y a de grandes chances que vous en laissiez quelques uns au bord de la route. Ou qu’ils restent hermétiques à votre façon de sortir des sentiers battus. Bref, la probabilité de susciter l’unanimité n’est pas acquise.

Il n’y a guère que Dany Boon dans son sketch du « Kway », ou Albert Dupontel dans quelques unes de ses réalisations ( notamment le brillant « Neuf mois ferme » ) qui y sont arrivés. Sans parler du mythique « Delicatessen » de Jean Pierre Jeunet.

Autant dire que Laurie Peret, nouvelle venue sur la scène, s’attaque à un genre difficile. Read more…

0

« Bohemian Rhapsody » : sublissime…

Posted by Bernard on novembre 10, 2018 in Accueil, Cinema |

Le titre « Bohemian Rhapsody » dans l’album des Queen « A Night at the Opera », sorti en 1975, est un morceau étrange. Un Opéra à lui tout seul, qui revendique une affiliation avec la musique classique, tout en étant d’une modernité incroyable. Ce morceau a mis Freedy Mercury sur orbite. Ce fut le début d’une trajectoire dans les étoiles d’un chanteur déjanté élu meilleur rocker du siècle. Avant Elvis…

Il y avait matière à faire le meilleur des biopics. D’autant que l’homme a été très secret toute sa vie, sur ses origines comme sur sa fin de vie, marquée par le sida.

C’est une réussite totale. Read more…

0

Mort (d’un amour) à Venise

Posted by Bernard on novembre 3, 2018 in Accueil, Mes lectures |

On savait depuis Lucchino Visconti que Venise n’était pas uniquement la ville des amoureux, et pouvait être aussi la ville nostalgique des amours contrariées. Laurence Vivares, pour son premier roman, exploite cette même veine avec « le vie a parfois un goût de ristretto ». L’histoire de Lucie, honteusement plaquée par son compagnon, qui se réfugie seule dans la ville de l’amour pour oublier son chagrin et exorciser une relation qui la possède encore.

Intimiste, ce livre l’est assurément. C’est surtout un exercice délicat où une femme s’abandonne à l’influence de Venise, tout en luttant contre un passé proche qui lui fait mal. Un roman très léger où il ne se passe pas grand chose, sinon le cheminement psychologique de l’héroïne. Une femme dynamique Read more…

0

First Man, l’aventure spatiale dans un fauteuil

Posted by Bernard on octobre 28, 2018 in Accueil, Cinema |

J’étais encore un mouflet, mais je me souviens très bien des heures passées devant la télé noire et blanc, dans l’attente d’images qui ne venaient pas. Du haut de mes 7 ans, je savais qu’on vivait un moment unique. Ah si nous avions eu les images de Damien Chazelle dans son film « First Man », quelle fête cela aurait été !…

Le côté magique dans « First Man », c’est justement l’impression de vivre un événement en direct. Surtout aussi de découvrir cette aventure de 1969 dans son jus. Comment a-t-il fait pour que cela ait un tel niveau d’authenticité, avec des écrans à l’ancienne qui montrent que tout était alors encore mécanique. Read more…

0

L’Auvergne dans toute sa sérénité….

Posted by Bernard on octobre 28, 2018 in Accueil, Uncategorized |

0

L’Histoire à la 1ere personne du singulier…

Posted by Bernard on octobre 28, 2018 in Accueil, Mes lectures |

Est-il possible de tomber amoureux d’une femme morte il y a 550 ans ? En dehors d’un voyage dans le passé, cela paraît bien improbable. C’est à un tel voyage que nous convie Jean-Christophe Rufin avec « Le Grand Coeur », récit romancé de la vie de Jacques Coeur, le grand argentier de Charles VII. Un récit qui, entre autre, fait la part belle à Agnès Sorel, maîtresse du Roi, mais aussi femme libre avant l’heure. Une femme dont on ne connaît qu’un portrait dans un tableau de Fouquet.

Jean Christophe Rufin a eu la fameuse idée de sortir des oubliettes de notre passé le financier Jacques Coeur, qui a eu un parcours exceptionnel pour son époque, le milieu du XVème siècle. Un entrepreneur pionnier qui a construit une très belle fortune par le jeu du négoce et des échanges de marchandises.

Rufin a un lien particulier avec lui Read more…

0

Nicolas Beuglet, Harlan Coben français…

Posted by Bernard on octobre 27, 2018 in Accueil, Mes lectures |

Pour mon incursion régulière dans le monde du polar, j’ai choisi « le Cri » de Nicolas Beuglet. Un roman perdu dans le froid norvégien, mais écrit par un Français, scénariste de télévision bien rodé à l’exercice de scénarios alambiqués.

Bingo !… Le roman commence sur les chapeaux de roue par un suicide bizarre dans un asile psychiatrique près d’Oslo qui entraîne l’enquête tenace d’une inspectrice un peu zombie, Sarah Gueringën. Une femme abandonnée par son compagnon qui va s’accrocher comme une sangsue à cette enquête étrange pour ne pas sombrer.

Dès les premières pages, le récit s’accélère et garde un rythme fou jusqu’au bout des 550 pages Read more…

0

Posteromanie

Posted by Bernard on octobre 27, 2018 in Accueil, Mot du jour |

Un mot qui n’est pas doux à l’oreille. Mais il véhicule un concept fort chez quelques garçons, à savoir la volonté d’assurer sa descendance, de préférence mâle, pour perpétuer son nom.

« Viens qu’on donne libre cours à ma postéromanie galopante », peut donc être une autre façon de dire « allons mignonne folâtrer dans les draps »…  Je préfère la version bucolique à la psychologique, mais l’objectif final peut être le même : concevoir un enfant, mais pas n’importe lequel, un gars, a boy, un couillu… Rétrograde et machiste, mais ça existe toujours bel et bien, surtout quand au nom à défendre est attaché un titre de noblesse.

0

« Le Jeu » : le téléphone pleure…

Posted by Bernard on octobre 26, 2018 in Accueil, Cinema |

Les téléphones portables sont devenus le coeur de nos vies. Les compagnons dont nous ne pouvons nous passer, les confidents, les carnets roses, les vrais dépositaires de nos petits et grands secrets. Alors, que se passe-t-il quand on décide de les ouvrir aux autres ? C’est le point de départ du Jeu. Un challenge entre amis qui va devenir un révélateur brutal de tout ce qu’on cherche à cacher.

Pour faire ce film, le réalisateur Fred Cavayé a peaufiné son scénario pendant des mois. Cela se voit. Il a travaillé sur ses 7 personnages avec la précision millimétrée d’un horloger suisse et les gestes mesurés d’un dynamiteur maniant des puissantes charges d’explosifs. Tout est terriblement précis. Les enchaînements sont d’une rigueur exemplaire, faisant passer le spectateur en quelques secondes du rire au larme, puis du sourire à l’émotion la plus forte. Une réalisation de cette qualité, c’est du caviar. Read more…

0

« Le Puy en Velay », l’Occitane qui bouge…

Posted by Bernard on octobre 14, 2018 in Accueil, Actualité |

La France est malade de ses villes. De ses petites villes de Province notamment, qui meurent à petit feu. Nous connaissons tous des petites villes au centre-ville en déshérence. Des villes qui perdent petit à petit leur âme, pour devenir, sans caricaturer à l’excès, des villes fantômes, comme dans les westerns de notre enfance.

Beaucoup parlent de « désert médical ». Mais c’est bien de désert tout court, quand il s’agit de trouver un boucher, un boulanger, un garagiste….

C’est un des scandales de notre époque. Alors que nos grandes villes souffrent de sur-population avec des problèmes de logement et de transport inextricables, nos villes en régions perdent souvent des habitants. Read more…

0

Une « Première Année » très assaisonnée

Posted by Bernard on octobre 7, 2018 in Accueil, Cinema |

Le dépassement de soi est un sujet prisé du cinéma. Sportif le plus souvent. Rarement intellectuel. C’est un challenge que de présenter un accomplissement personnel au travers des études. Quoi de plus singulier et d’auto-centré que des études intensives ?

Thomas Lilti relève le défi avec ce film sur la première année de médecine au travers de l’histoire de Benjamin et d’Antoine, deux étudiants à la personnalité différente. Ce n’était pas gagné d’avance, mais le pari est réussi. Read more…

0

Le chef d’oeuvre majuscule…

Posted by Bernard on septembre 22, 2018 in Accueil, Cinema |

« L’homme qui tua Liberty Valance », je ne peux pas revoir ce film sans connaître une profonde émotion. C’est mon film préféré, le film qui est pour moi le chef d’oeuvre absolu. Je peux le voir et le revoir, sans émousser les ressentis de la première fois. La dernière scène me laisse toujours la larme à l’oeil.

Un western ? Beaucoup n’iront pas plus loin… Le western est un genre mineur, proprement désuet pour beaucoup de spectateurs. Quand on ajoute que le film est en noir et blanc, la cause est entendue pour les jeunes générations. Elles préféreront passer leur chemin. En quoi, elles passeront à côté du film majuscule…

« L’homme qui tua Liberty Valance » est un film unique. Read more…

Copyright © 2015-2018 Calembredaines All rights reserved.
This site is using the Desk Mess Mirrored theme, v2.5, from BuyNowShop.com.