Le Collectionneur Amoureux

Unknown

 

Le Collectionneur Amoureux : mon premier roman

« Le Collectionneur Amoureux » est né d’un fantasme. Un fantasme pour les jolies femmes rousses qui, de Maureen O’Hara à Julianne Moore, m’a toujours possédé. Le mariage d’une chevelure flamboyante et d’un teint laiteux me paraît être le summum de l’harmonie dans la large palette des complexions féminines.

Les circonstances de la vie ne m’ont pas fait rencontrer une telle femme. Alors, je l’ai inventée. Nulle arrière-pensée derrière l’exercice. Juste un jeu : celui d’imaginer une rencontre parfaite,  alors même que je vivais – et vis toujours –  une vie de famille heureuse et accomplie. Ainsi, pendant près de douze années, quand ma condition de père de famille me laissait un peu de temps libre ( soit assez peu souvent ), je me repliais dans cette pure fiction. Essayer de raconter la naissance d’un sentiment amoureux chez un homme me semblait un beau challenge pour un jeune écrivain. Le domaine des sentiments, celui des sens et des émotions, est souvent perçu comme  difficile à retranscrire avec des mots. L’horizon des mots est souvent trop court pour décrire l’amour, sentiment suprême qui est sans doute la quintessence des émotions humaines. Malgré tout, je me suis lancé dans la bataille avec la fougue d’un jeune hussard inconscient. Ma passion pour les mots me semblait mon meilleur allié pour relever le défi.

Raconter une histoire nécessairement parfaite car fantasmée. Retrouver les émotions de la première fois, quand le coeur est soumis aux battements d’ailes d’un papillon. Capter la délicieuse incertitude qui enrobe toute rencontre d’un voile de tulle. Ce sont ces moments précieux que j’ai essayé de capter dans un roman où même les égarements dans les draps devaient être empreints d’une dose de poésie.

Je souhaitais aussi répondre à la question fréquente que posent les femmes à leur compagnon au début d’une relation : « à quoi tu penses? ». Des questions qui restent souvent sans réponses, car la gente masculine est, en large majorité, dépourvue d’esprit analytique en matière de sentiments.

Au final, mon « Collectionneur Amoureux » ne prétend pas à l’universalité. C’est un récit qui m’a d’abord amusé. Faire naître une femme de caractère sous ses doigts, en pianotant sur le clavier, est un exercice troublant et jouissif. C’était aussi une forme de thérapie. Une thérapie contre une roussophilie galopante.

Le livre a été publié à compte d’auteur en 2013. J’ai repris sa distribution à l’issue du contrat avec mon éditeur. En cas d’intérêt, merci d’écrire à bmouterde (at)wanadoo.fr

Synopsis

Éric de la Villebredaine, publicitaire réputé, traverse la vie avec légèreté. Il collectionne les aventures féminines avec désinvolture et cultive soigneusement son indépendance. Son travail l’occupe le reste du temps. Mais la quarantaine approche avec sa kyrielle de questionnements métaphysiques. Pour faire plaisir à sa vieille mère, il accepte de poser ses valises. Car il vient justement de rencontrer Mathilde, jeune comédienne à la chevelure flamboyante, qui a embrasé son coeur. Ne serait-elle pas la candidate idéale pour ses nouvelles grandes résolutions ? La jeune femme, nouvelle arrivante dans la Capitale, se laisse approcher. Mais, à la différence de toutes les autres, elle résiste énergiquement à ses avances. Cette situation, totalement nouvelle pour lui, va lui faire perdre de sa superbe et l’amener à s’interroger sur le sens à donner à sa vie. C’est un homme foncièrement différent qui va sortir d’une conquête plus ardue que toutes les autres…

 

Copyright © 2015-2017 Calembredaines All rights reserved.
This site is using the Desk Mess Mirrored theme, v2.5, from BuyNowShop.com.